AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Versailles

Aller en bas 
AuteurMessage
Jonah MacArthur

avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 01/08/2012
Age : 51
Localisation : Paris

MessageSujet: Versailles   Mer 8 Aoû - 16:17

Je voulais commencer mes recherches par Versailles car c'était la seule ville que je n'avais pas visité dans la région. Mais les rues étaient aussi vides que partout ailleurs. Le bruit du moteur enflait et résonnait dans les rues abandonnées, se répercutant sur les facades des batiments. Je faisais le tour de la ville sans trouver de choses trop importantes. Des magasins quasiment vides, pillés. Des cadavres partout si bien que je dus mettre mon foulard. Je portais aussi des lunettes d'aviateur pour conduire. J'étais bel et bien méconnaissable.

Soudain, je vis une forme se mouvoir. Une petite fille courait. Elle tourna son regard vers moi et je sus qu'elle n'était pas infectée. J'accélérais vers elle en hurlant:

-EH TOI !!! ATTENDS, JE DOIS TE PARLER !!!

Bien évidemment, elle ne s'arrêta pas et je dus descendre de ma moto pour la suivre: elle s'était jetée dans la bouche du métro. Je descendais les marches et me retrouvais vite éclairé par les néons, ce qui m'étonnait un peu.

*Cela signifie qu'il y a encore de la vie !!!*

J'étais assez enthousiaste et je fonçais, sans prendre garde. La fillette filait devant moi et tourna au détour d'un couloir. Je la suivait et me prit un poing dans le visage. Je tombais en arrière, sonné. Mais je me relevais assez vite. L'homme était un colosse d'au moins deux mètres !!! Je ne pouvais pas rivaliser avec lui.

Je le frappais au visage, au plexus et dans les couilles. C'était un homme, après tout... Il reçut le premier coup. Je lui laissais un vilain bleu. Le second ne lui fit rien mais le troisième lui fit, eh bien, mal. Il se tordit de douleur avant de se redresser en m'assénant un uppercut. Je volais contre le sol dallé. Je voyais trente-six chandelles danser. Il essaya de m'attraper mais je roulais mollement sur le côté. Il me loupa et je lui frappais avec mon talon son menton. Il craqua et se fractura. J'essayais de me relever mais il m'attrapa à la gorge. Il me souleva et essaya de m'étrangler. Mon couteau que je sortais me glissa des mains et je ne put attraper mon revolver. Un voile rouge passa devant mes yeux. J'allais mourir, comme ca. Puis je vis le néon cassé qui pendait. Dans un dernier effort, je l'arrachais et l'abattit sur le crâne du géant. Il tomba à genoux et me lacha. Je respirais à grands coups, sortis mon revolver, le pointais sur le visage du gars et lui dit en hoquetant:

-Une dernière volonté, pédé ?
-Que tu ailles crever en Enfer !!!


J'allais appuyer sur la détente quand la petite fille surgit et me leva le bras. La balle partit et je sentis un choc électrique qui me paralysa. Je tombais au sol, pétrifié tandis que l'on me soulevait et me faisait passer par des portes étranges...
Revenir en haut Aller en bas
Jonah MacArthur

avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 01/08/2012
Age : 51
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Versailles   Mer 8 Aoû - 20:52

Je me réveillais sur une planche de bois inconfortable et humide. Je me redressais pour voir des barreaux bloquer la sortie de la pièce. Je m'approchais et réalisais qu'ils étaient électrifiés !!! Un léger grésillement trahissait la présence du courant. Les murs, des parpaings, étaient infranchissables. Derrière ces barres de fer, un homme dormait ur une chaise. Je faisais un peu de bruit pour le réveiller. Il ouvrit les paupières en marmonnant. Il me regarda et me demanda:

-Quoi ? Qu'escque tu veux ? À boire, à manger ? T'es en taule ici, pas dans un hotel de Paris !!! Maintenant tu fermes ta gueule et tu bouges plus, les Juges vont arriver.
-Et pourquoi suis-je ici ?


Le gardien fermait sa gueule et ca m'horripilait. Je dus donc patienter jusqu'au moment où ces Juges allaient venir. J'attendais, assis sur ma planche de bois. On me servit de la mauvaise gnôle et un morceau de pain rassis quand le soir arriva. Puis, j'eus droit au boeuf séché et à l'eau croupie pour le matin. Et enfin, les personnes attendues arrivèrent.

Il y avait un adolescent, un adulte et un vieillard, tous trois bien nourris et en pleine forme. Ils me saluèrent et je les imitais. Ils demandèrent à entrer dans la cellule mais le garden hésita:

-M'sieurs, après l'avoir sonné, on lui a donné un putain d'anesthésiant. Quand il s'est réveillé, on rigolait bien sans s'en occuper. Encore sous les vappes, y nous est tombé d'ssus et on a douillé !!! On a dû s'mettre à six pour le sangler. Putain !!!
-Ne vous tourmentez pas, mon brave. Ce monsieur ne nous fera rien, n'est ce pas ?


Je dodelinais de la tête, encore tout sonné. Non, je ne leur ferais rien. Ils entrèrent et le plus vieux parla:

-Quel est votre nom, jeune homme ?

Je m'esclaffais devant ces derniers mots...

*Jeune homme !!! Je m'approche des 50 ans... Bon, écoutons.*

Le vieil homme attendait sa réponse. Et je la lui donnait sans attendre.

-Adam. Adam Edenfield.
-Eh bien monsieur Edenfield, vos exploits nous ont été racontés. Venir à bout de Tank sans aide, ce n'est pas donné à tout le monde. Mais si nous sommes ici, ce n'est pas que pour vous féliciter. Nous aurions besoin de votre aide.
-Pourquoi donc moi, messieurs ?
-Mais parce que vous savez vous battre, tuer et tout ce genre de choses !!!
s'écria l'adulte. On vous connaît, vous avez été Président des Bandidos pendant 10 longues années avant de disparaître de cette voie là.

Ces révélations me dérangèrent. Comlent garder ce secret ? Je demandais:

-Oui, et que voulez-vous que je fasse ?
-Vous êtes très conciliant, monsieur Edenfield. Eh bien nous voudrions que vous accomplissiez des petites affaires pour nous. Vous aurez les informations en temps et en heure. En échange, vous serez relâchés et aurez libre accès à notre ville. Des promotions et diverses choses vous seront accordées. Qu'en pensez-vous ?


Je fis semblant de réfléchir puis posais mes conditions. Elles étaient cruciales et inaltérables.

-Votre offre est très tentante, mais je me dois d'ajouter une clause. À chaque mission, j'aurais droit à un mois de nourriture pour 20 personnes ainsi que des munitions. Sans cela, je ne serais pas Ok.

Les Juges se concertèrent et se retournèrent:

-Nous refusons pour les munitions mais nous sommes d'accord pour la nourriture. Alors, avons-nous trouvé un accord, monsieur Edenfield ?
-Bien sûr, messieurs.


Nous nous serrâmes la main et je fus libéré. Je quittais le métro et rejoignit ma moto, prêt à rentrer au Bastion. Je devais bientôt retourner voir ces trois hommes qui me manipulent mais qui sauveront peut-être notre refuge !!!
Revenir en haut Aller en bas
Paul Rochel
Admin
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 31/07/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Versailles   Jeu 13 Déc - 20:08

Éric et son ami, un grand homme d'origine algérienne d'après ses dires, nous avaient réservée une surprise : à quelques mètres à peine de la porte menant à leur ville désormais déserte se trouvait un camion en très bon état. Mieux encore, nous y trouvâmes un glock 17 et quelques munitions. Johnny décida de conduire la bête et nous nous étions rapidement dirigés vers Versailles. Pour se faire nous avions du traverser un Paris en piteux état, rempli de marcheurs affamés. J'ai également pu voir que le nombre d'abominations, les sur-zombies, avait largement augmenté : pas moins de dix de ses horreurs étaient apparues le long du chemin.

Nous arrivâmes à Versailles sans trop de soucis cependant. Je commençais à retrouver un peu de ma sobriété. Le plus gros problème qui se posait à nous restait la localisation de Paname. Adam avait parlé d'une bouche de métro, mais sans vraiment dire laquelle ou même à quoi l'entrée pouvait bien ressembler. Après avoir tourné pendant quelques dizaines de minutes, Éric remarqua quelque chose d'étrange : des pancartes étaient plantées devant un petit bâtiment. Elles disaient : "Mort aux Juges, liberté du peuple". Visiblement tout ne se passait pas bien à Paname.

Je remarquai la fameuse entrée de la ville et la pointai du doigt à mes camarades. Restait à voir comment Paname s'en était sortie.
Revenir en haut Aller en bas
http://mortemmundus.lebonforum.com
Grigory Kolestr

avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 01/08/2012
Age : 22
Localisation : Surzur

MessageSujet: Re: Versailles   Sam 15 Déc - 19:02

Erci et moi sortames du camion, laissant Paul et l'Algerien dans le véhicule. En arrivant a l'entrée du métro, Eric me dit:
"Tiens, tu veux un fusil a pompe ou un AK?"
"Ca fait trop longtemps que j'ai pas manié de pompe!" répondis-je avec un sourire. Je pris le Mossberget les munitions et ouvrais la porte en ferraillle du métro. J'avais une petite lampe torche que je sortais. Les piles étaient bonnes, mais je n'avait pas de moyen de la tenir si je tirais. Je pris un morceau de fil de fer par terre et la fixait sur le fusil.
Les murs du métro étaient recouverts de graffitis disant "Mort aux juges", "on aura votre peau les juges", et plein d'autres messages de ce type, tous aussi sympatiques les uns que les autres. Il n'y avait pas de zombies en chemin, mais on était arrivés assez vite sur une barricade habitée. En s'approchant, une lumière s'alluma, et une voix retentit:
"Qui etes vous! Qu'est-ce-que vous foutez ici?"
"On cherchait juste la ville afin de trouver de la bouffe et de l'eau, calmez vous!" dit Eric.
"Vous etes infectés?" demanda le guarde.
"Non, on a rien." répondis-je. "On peut entrer, oui ou merde?"
Sur ces mots, la porte s'ouvrit.
"Entrez vite, faudrait pas que des zombies entrent."
Eric me regarda et dit:
"Qui va chercher Paul et François?" demanda Eric.
"Je vais y aller, rentre pour l'instant." répondis-je avant de me diriger vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Versailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Versailles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Roses De Versailles
» Ballade galante à Versailles [ Eric de Froulay ]
» L'art de bien vivre à Versailles [PV Henriette d'Angleterre]
» Il se dit à Versailles que...
» Apolline ♥ Une nouvelle fleur à Versailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: Partie Août 2012-
Sauter vers: